Impliquée depuis 4 ans dans l’association En Parler (groupes de parole en soutien aux victimes - femmes et hommes- de violences sexuelles) j’ai vu et entendu la souffrance des personnes, à la fois de l’agression subie, mais aussi celle de l’incompréhension, de la minimisation, pour ne pas dire du rejet du système judiciaire et très souvent déni de l’entourage. C’est une double, voire une triple peine infligée à celle ou celui qui en a été victime à un moment de sa vie.

Pour celles et ceux qui n’ont pas vécu cela, avez-vous déjà subi un vol ou une intrusion dans votre maison ? Si oui, vous souvenez-vous de cette sensation ténue d’insécurité, ce sentiment de vulnérabilité puisque un étranger.ère est rentré chez vous, dans votre maison qui est l’expression de votre intimité, votre lieu de vie, parfois de travail et celui de votre famille. Et que ressentir si, de surcroit personne ne veut vous entendre ou ne vous croit…

Alors imaginez ce qu’il peut en être lorsque c’est le corps qui subit cette effraction… Les dégâts sont énormes et touchent ensuite beaucoup d’aspects de la vie quotidienne, dans les comportements, les capacités, la confiance en soi bien sûr et les rapports à soi et aux autres.

Il est encore difficile pour les « victimes » (certaines personnes n’aiment pas ce mot et lui préfère celui de « survivant.e ») d’évoquer ce qui s’est passé, parfois même sur le divan d’un psy. A fortiori autour de soi, parce que cette douleur touche à la partie la plus intime et même tabou de l’individu. Cette fracture du corps est en marge avec la pression sociale et l’injonction d’avoir une sexualité libérée voire débridée.

Comment dans ce contexte pouvoir sortir ce tourment qui ne peut se dire, mettre à distance ces images et ressentis pour pouvoir enfin passer à autre chose et entamer un nouveau chemin sur sa vie ?

Pendant toutes ces années passées à l’association, je me suis demandé quel pourrait être le moyen efficace pour un accompagnement individuel qui permette de lever ce poids.

Dans les savoirs-faire que je propose par le biais d’Equilibres, j’accorde une place très importante à la Programmation Neuro Linguistique (PNL), parce que les techniques et protocoles élaborés par les universitaires Rchard Bandler, John Grindler et Robert Dilts, ont une action efficace et immédiate sur le cerveau en lui proposant une autre réponse, un autre chemin que celui qui mène à un comportement gênant, voire inapproprié.

La PNL se demande comment nous faisons ce que nous faisons et quelle est la relation entre nos comportements et nos expériences. Son champ d’action est vaste : elle propose des techniques pour aller au-delà de nos limitations, se sentir mieux, augmenter la motivation, traiter un conflit (avec soi-même ou les autres), lever les blocages émotionnels, changer les habitudes, influencer la communication, soigner les phobies, améliorer les relations, éliminer les croyances limitantes… C’est une méthode qui offre une façon saine de communiquer avec l’environnement et avec soi-même.

Certains protocoles sont spécifiques pour prendre de la distance le traumatisme (tels que la double dissociation par exemple), d’autres agissent sur la honte, phénomène trop connu des victimes d’agression sexuelles, et de nombreuses autres techniques permettent d’alléger les souffrances post agression, pour finalement se « nettoyer » de cet événement et des répercussions sur sa vie.

L’avantage de la PNL, c’est qu’il n’y a rien à raconter. Il n’est pas besoin de décrire les faits, d’y revenir, de les revivre encore et encore. Dans cette technique, le point de départ peut être un ressenti, une émotion désagréable, un comportement inapproprié récurrent pour soi ou les autres, des pensées qui tournent dans le vide, des peurs…

Apporter mon soutien et mon expérience aux personnes ayant vécu ce traumatisme m’importe énormément, et les aider à pouvoir vivre mieux m’apparaît comme un essentiel, à titre individuel d’une part, mais également, dans une vision plus large, pour un meilleur équilibre social. Aussi, je propose désormais un accompagnement spécifique, tout en douceur, pour soutenir et permettre aux « victimes » de faire un pas, puis un autre, vers la libération de cet épisode de vie.

Si vous êtes-vous même dans ce cas, ou si vous connaissez quelqu’un qui a besoin et envie d’aller de l’avant et tourner enfin la page, contactez Equilibres.

Je propose un échange d’une vingtaine de minutes (offert) pour faire connaissance et vous expliquer la méthode PNL et le processus de travail vers une mise à distance et un allègement des douleurs intérieures.

Pour plus d’info, cliquez ici

TEMOIGNAGES

La PNL est un outil efficace de résilience. Je garde depuis cette impression de paix, de réunion, de sécurité, qui n’est pas là tout le temps mais que je peux activer quand j’en ai besoin. C’est un nouvel ancrage, puissant, qui restera dans le temps j’espère, qui m’aide à me sentir mieux quand je me sens vulnérable.

Je me sens équipée d’un nouvel outil, pérenne je pense, que je peux utiliser comme je le souhaite, qui me fait me sentir plus forte, plus capable d’avancer. Quelque chose a changé !

 Gabrielle, 42 ans.

Malgré presque 30 ans d’accompagnements thérapeutiques divers, je n’avais jamais pu réellement aborder les viols que j’ai subis. C’étaient de bonnes thérapeutes avec de bonnes méthodes, mais je n’arrivais pas à en parler. C’était beaucoup trop douloureux car malgré le temps, j’ai compris que l’emprise de l’agresseur était toujours intacte en moi…

Avec la PNL, il n’est pas besoin de raconter son histoire, de décrire les scènes que l’on voudrait oublier. J’ai pratiqué à plusieurs reprises (6 fois) le protocole de double dissociation qui est spécifique pour l’allègement des souffrances traumatiques.

Je peux dire qu’il y a un avant et un après. C’est comme si quelque chose en moi avait enfin pu s’ouvrir, s’adoucir, comme si la douleur associée à cette période troublée de ma vie s’était enfin dissipée. Je ne suis plus hantée ni téléguidée par la peur qui a gardé le contrôle de mon esprit et de mon coeur tout ce temps. C’est moi désormais qui qui suis aux commandes de ma vie.

Julie, 50 ans.

La PNL est un outil très puissant pour être un.e spectateur.ice de son histoire et ne plus en subir les conséquences. Cela m’a permis de grandir de ces traumatismes et d’arriver à exprimer mes besoins de manière très concrète.

Sandrine a fait preuve de beaucoup d’empathie et de bienveillance envers moi et le rythme dont j’avais besoin. Tout cela représente, à mon sens, un climat optimal pour l’utilisation d’un outil comme la PNL et non négligeable. Aujourd’hui, je vois les moments difficiles comme des tempêtes ou des longues averses mais ce que j’ai compris avec ce travail, c’est que ce n’est que passager. Par la suite, je vais pouvoir en tirer des apprentissages et surtout évoluer vers l’équilibre. Merci infiniment pour ce partage Sandrine !

 
                                                 Magda, 27 ans.
 

Suite aux séances de PNL, pour moi tout va bien. J’ai enfin pu faire partir cette petite fille, qui a beaucoup souffert en moi.

J’ai ressenti le besoin d’archiver mon passé : j’ai classé, puis mis mon dossier (Procureur, Avocate …) dans une boite à archives pour  le ressortir si nécessaire. Car mon dossier était resté en vrac, comme dans ma tête d’ailleurs. Maintenant j’ai mis de l’ordre dans les deux. Je vous remercie Sandrine de son aide qui m’a été très précieuse.

Nicole, 65 ans.

La PNL m’a permis de voir autrement des situations du quotidien qui m’étaient difficiles à gérer. Au travail notamment, j’ai changé de posture et pris plus confiance en moi pour m’exprimer et croire en mes valeurs. Les violences subies m’avaient privées d’amour, de sécurité et de considération. Grâce à la PNL, j’ai créé de nouvelles connexions neuronales et une vision de moi-même neuve et plus brillante. Cette approche peut être complémentaire avec d’autres thérapies, c’est un point de vue nouveau qui accompagne et renforce le travail de reconstruction. Les séances avec Sandrine sont très douces et avec beaucoup de bienveillance. Merci pour cette expérience.

Louise, 24 ans.

                                              Après avoir fait plusieurs thérapies pour faire face à ce traumatisme , j’ai découvert via mon association*,                                                            accompagnée de Sandrine (que je remercie sincèrement)  : La PNL. 
                                              Une surprise très agréable,  car la méthode d’approche est complètement différente, nous n’avons pas à revoir                                                  les souvenirs insoutenables : un grand confort et un soulagement !
                                              Dans un cadre sécurisant, Sandrine nous emmène avec elle, doucement et en confiance vers un processus de                                                    double dissociation qui m’a profondément bouleversée.  J’ai pu retrouver l’adolescente souffrante que j’étais et                                                  voir la femme que j’étais devenue. J’ai pu me reconnecter avec cette partie de moi et la réparer autant que je le                                                  pouvais. 
                                              La PNL m’a permis de me retrouver, de plonger au plus profond de mes blessures et m’a apporté de la sérénité                                                  dans des moments de colère et d’injustice ainsi que  de la positivité, une nouvelle force dans laquelle je puise                                                    dès que je me sens démunie et qui me permet de sortir plus vite de la tempête. La PNL devrait à mon sens être                                                  davantage répandue à tous les traumatismes compliqués car elle est essentielle ! 

Mel, 27 ans.

*Association En Parler

La PNL est un outil puissant qui permet d’être observatrice de son histoire sans en raconter les détails et donc de ne pas (re)vivre les émotions et conséquences qu’elles ont sur nous.

 Cette technique m’a permis de trouver de nouvelles stratégies pour m’aider au quotidien dans la gestion de mes crises d’angoisses. C’est un bon complément dans mon suivi thérapeutique qui permet de travailler sur cette période de ma vie d’une façon différente et plus douce.

 Je voulais remercier Sandrine de m’avoir proposé et accompagnée dans cette démarche thérapeutique nouvelle. Le cadre sécurisant, sa douceur, son écoute et sa bienveillance permettent d’avoir des séances optimales qui nous aident dans notre travail de reconstruction.

Noémie, 24 ans